Peulplé de feuilles qui bougent

Ce projet a été réalisé dans le cadre d’une résidence à al-‹Ulâ, une oasis en totale mutation sur les contreforts des montagnes du Hijâz. Des fouilles en cours attestent de la présence de différentes civilisations qui se sont succédées. Elles ont permis de cartographier le territoire en plusieurs sites. Le projet tente de relier deux formes de mémoire, une mémoire individuelle et une mémoire collective. La mémoire des habitants et le récit scientifique en train de s’écrire. L’installation est composée d’une sculpture, d’une pièce sonore et d’un texte à quatre voix lu durant des temps de performance. Elle propose un espace dans lequel les visiteurs sont invités à écouter des sons. Ces sons sont diffusés et réverbérés par la sculpture, par l’intermédiaire de réflecteurs en métal qui en teintent la couleur. Ils laissent entendre les voix de l’oasis. Celle des palmiers, des oiseaux, de l’eau qui circule et du vent, celles des personnes qui y vivent. Mais également des voix fictionnelles. Ces voix racontent un récit et se mélangent aux autres de telle sorte qu’on ne puisse plus vraiment séparer ce qui relève de la fiction et ce qui est prélevé du réel. À travers elles, c’est l’oasis qui se met à parler.

Peulplé de feuilles qui bougent, 2022

Installation plurimédia, (boucle sonore 28 minutes)

L’installation sonore a été réalisée en collaboration avec Mélia Roger
Le texte a été écrit avec Bastien Gallet
Performance: Rashed AlShashai, Asrar Al Zahoufi, Salman Al Shammari, Laura Sellies
Images: Malo Legrand

Avec les voix de Magboula Hamid, Magboula Shuweikan, Aziz AlAnezi, Jameela Al Anezi, Abdulmohsin Al Balawi, Salman Al Shammari, Asrar Al Zahoufi, Houda Alhabanji, Rashed AlShashai, Esther Husson-Perlié, Adriana Kerzanet et Lee Fortuné-Petit

Remerciements: Rashed AlShashai, Dr. Hanadi Abokadejah, Hatim AlAnezi, Vincent Battesti, Leo Marty, Dr. Hussein Ali Abualhassan, Ingrid Perrisse, Airelle Mandon, Claire Pinot, Victoria Dabdoub, Khaled Odeh, Yvannoé Kruger, Arnaud Morand, Erwan Kerzanet, Olivier Guillaume et Nicolas Becker

Le projet a été produit dans le cadre d’une résidence commissionnée par la RCU – Royal commission for AlUla, Afalula – Agence française pour le développement d’AlUla et Manifesto